Ma rentrée scolaire de maman solo

Je ne le cache pas hein… D’ailleurs même je le revendique, je suis loin d’être la maman parfaite. Disons que je fais comme je peux, y a pas de mode d’emploi. Je distribue de l’amour, comme je peux, fonction du stock… 😅

Donc cet article c’est pas pour donner de astuces ou des conseils. Je n’en ai pas. 😅

Plus sérieusement, j’adore mes enfants, mais des fois je voudrais que ce soit les enfants de quelqu’un d’autre à qui je viendrais rendre visite de temps en temps… je serai la « gentille tata Sandrine »… Parce que me lever à 6h du matin, aider l’aînée à se préparer pour l’école… sans trop faire de bruits de peur que le cadet ne se réveille… Et lorsqu’il se réveille (Seigneur prend pitié), cris, hurlements,… lui faire un biberon pour le faire taire, finir de préparer la grande… négocier un peu avec l’autre pour qu’il me laisse accompagner sa sœur, courir pour revenir… 😤

Le soir…. Parlons-en. L’heure de l’étude. L’aînée est posée entrain de faire les devoirs, il faut empêcher l’autre de déchirer les cahiers et livres, casser la règle, tout en aidant aux devoirs, tout en travaillant (oui oui je travaille en même temps, je l’avais pas dis ? ). Oui je suis tout le temps fatiguée (D’ailleurs j’ai dépassé ce stade depuis fort longtemps, on en reparlera), oui j’ai des cernes on dirait des avions. Vous les auriez aussi, si vous étiez à ma place.

Je sais, il y a des femmes qui ont 5 enfants et qui travaillent…. Laissez moi rire d’abord….
Passons. C’est mieux.

Je suis loin d’être une maman gâteau. J’essaie de les responsabiliser au maximum… Pour le petit, tenir son biberon ou son gobelet tout seul, descendre du lit tout seul, ne pas pleurnicher pour tout et pour rien, s’amuser tout seul quand il n’y a personne pour s’amuser. Pour la grande, faire son lit, faire le ménage et sa lessive de temps en temps, se servir son repas, savoir aider son petit frère, aider parfois à puiser de l’eau, aller de temps en temps à la boutique….

Plus chacun est responsable à son petit niveau, plus notre petite roue familiale tourne tranquillement. Oui vous êtes mes enfants, je vous aime de mon cœur, je meurs sans hésiter pour vous. Mais je ne suis pas votre esclave. Je ne construit pas toute ma vie autour de vous (qu’est-ce qu’elle est dure à dire cette phrase). Parce qu’un jour vous serez grands, vous allez devoir me quitter et aller construire vos propres familles. Je dois vous aider à grandir et à vous construire dans l’amour et le respect.

En fait le plus dur quand on est mère célibataire à mon avis c’est la prise de décision. Quand on est un couple, on prend les décisions d’un commun accord, ou alors la personne qui prend une décision qui ne convient pas à son conjoint, assume. Mais au moins il y a débat.
Moi c’est clair que je suis responsable de tout. Je ne pourrais pas dire « c’est toi qui a gâté l’enfant là ». Pauvre de moi. 😅
Surtout que tout le monde vient te dire quoi faire… il ne faut pas le laisser faire ci, ça là n’est pas bien, pffff…

Et quand elle perd tous ses livres deux semaines après la rentrée tu peux pas dire « tu vas gérer ça avec ton père ». Tu es obligée d’être juge et bourreau. Tu frappes de la main gauche et caresse de la main droite. Bipolaire.

Bravo à tous les parents solo. Franchement, vous êtes des soldats.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Étiquettes : , , ,