Le sentier que je n’ai pas emprunté

Deux sentiers s’écartaient l’un de l’autre dans une forêt aux feuilles jaunies, et j’étais déçu de ne pouvoir les parcourir tous deux comme un seul voyageur. Je restai longtemps immobile à regarder l’un s’étirer longuement jusqu’à ce qu’il bifurque dans le sous-bois.

Puis, j’ai choisi l’autre qui me semblait tout aussi beau et qui méritait peut-être davantage le titre de sentier, car il était verdoyant et je voulus m’y engager même si les deux sentiers avaient été foulés presque pareillement par les milliers de pas des promeneurs.

Ce matin-là, les deux sentiers gisaient semblablement enterrés sous des feuilles qu’aucun pied n’avait encore foulé. Oh! C’est alors que je gardai le premier sentier en réserve pour un autre jour! Pourtant, sachant comment un sentier mène à un autre, je doutais fortement que j’allais revenir un jour.

Il me faudrait raconter cette histoire avec un soupir dans la voix à des années-lumières d’ici; deux sentiers se séparaient l’un de l’autre dans un bois et j’empruntai le moins fréquenté, et c’est ce qui fit toute la différence.

ROBERT FROST (1916)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Étiquettes :